Du hasard dans l'art

Sujet : Concevez et donnez à voir un protocole pour créer une oeuvre selon "les lois du hasard".

La notice expliquant le protocole à suivre sera évaluée. Attention à en soigner la présentation !

Comprendre la place du hasard et de l'accident dans les arts plastiques

L'artiste opère des choix (de couleurs, de formes) qui font de l'oeuvre ce qu'elle est. Pourtant le hasard fascine les artistes et devient un véritable partenaire créatif à partir des années 1950.

Le hasard est ce que l'on ne maîtrise pas, ce que l'on n'a pas choisi. Le hasard c'est ce qui échappe aussi à l'artiste. 

Pline l'Ancien (Ier siècle après J.C) explique dans son ouvrage Histoire naturelle la place qu'a pris le hasard dans la peinture de Protogène (peintre grec de la seconde moitié du IVe av. J.C) : "Il y a dans ce tableau un chien fait d'une manière singulière, car c'est le hasard qui l'a peint : Protogène trouvait qu'il ne rendait pas bien la bave de ce chien haletant, du reste satisfait, ce qui lui arrivait très rarement, des autres parties. Ce qui lui déplaisait, c'était l'art, qu'il ne pouvait pas diminuer et qui paraissait trop, l'effet s'éloignant de la réalité : c'était de la peinture, ce n'était pas de la bave. Il était inquiet, tourmenté ; car, dans la peinture il voulait la vérité, et non les à peu près. Il avait effacé plusieurs fois, il avait changé de pinceau, et rien ne le contentait : enfin, dépité contre l'art, qui se laissait trop voir, il lança son éponge sur l'endroit déplaisant du tableau : l'éponge replaça les couleurs dont elle était chargée, de la façon qu'il souhaitait, et dans le tableau le hasard reproduisit la nature."

Le hasard peut parfois tomber juste, éloigner des artifices. C'est en "jetant l'éponge" que Protogène a obtenu le résultat souhaité. 

Victor Hugo, célèbre écrivain du XIXe siècle a réalisé de nombreux dessins en partant de tâches d'encre réalisées au hasard. 

Victor Hugo, Le Rocher de l'Ermitage dans un paysage imaginaire, 1855, plume, encre de Chine, fusain, gouache, encre brune.

Victor Hugo réalise une tâche d'encre puis à l'aide d'une plume et d'autres outils donne à voir un paysage ou un autre sujet que l'on pouvait imaginer dans la tâche.  

Victor Hugo, Bourg entouré de maisons plume, 1856, plume, pinceau, encre brune.

Lorsqu'il réalise 3 Stoppages-étalon en 1913, Marcel Duchamp présente son oeuvre comme "du hasard en boîte". L'aléatoire est le moteur de la création. Il ne s'agit plus de partir d'accidents ou de tâches mais de mettre en place un protocole : un fil d'un mètre est tendu à un mètre de hauteur et lâché au dessus d'un plan horizontal. L'opération est répétée trois fois et à chaque fois le fil est collé exactement à l'endroit où il a touché le support. Il s'agit d'une sorte de "saisi" du hasard.

Marcel Duchamp, 3 Stoppages-étalon, 1913, 3 fils d'un mètre collés sur trois bandes de toile peinte en bleu, collés sur verre. Le tout est accompagné d'un coffre en bois. 

Hans Arp a lui aussi réalisé des oeuvres selon "les lois du hasard". A travers sa pratique des papiers déchirés, il cherche à rendre visible celui-ci. L'artiste va déchirer des morceaux de papier de couleur et les faire tomber sur un support. Il les colle sur le support exactement à l'endroit où ils sont tombés. 

Hans Arp, Selon les lois du hasard, 1933, collage. 

La technique du frottage utilisée par Max Ernst met aussi en oeuvre le hasard. L'artiste place son papier sur une surface et vient frotter avec un graphite. La trace de ce qui se trouve sous le papier apparait. L'artiste ne choisi pas ce qu'il va représenter, c'est le hasard de ce qui se trouve à l'endroit où il va poser son papier qui détermine l'oeuvre finale.

Max Ernst, Forest and Sun, 1931, graphite, frottage sur papier. 

Jackson Pollock sollicite le hasard en réalisant ses drippings. Les giclures, les éclaboussures qui recouvrent la toile révèlent la perte de maitrise du peintre sur son oeuvre.

Jackson Pollock, Number 1, 1949

L'opération du hasard permet de ne pas s'impliquer émotionnellement et culturellement dans son oeuvre et ainsi de se débarrasser des règles et des normes. Cela permet aussi de créer des oeuvres singulières et inattendues.

S'interroger ...

Ecrivez un petit dialogue entre plusieurs personnages autour de la phrase suivante : "mon petit frère de cinq peut faire la même chose".

Compétences évaluées : 

. Mettre en oeuvre un projet. Concevoir, réaliser, donner à voir des projets artistiques, individuels ou collectifs. (ARTS 2.1)

. Se repérer dans les domaines liés aux arts plastiques. Prendre part au débat suscité par le fait artistique. (ARTS 4.5)

©2018 by arts2demain. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now